(Im) postures

22 mai au 28 juin 2014

La galerie Confluence est heureuse de vous présenter l'exposition (Im) postures de Jean-Luc BEAUJAULT du 22 mai au 28 juin 2014. Vernissage le 22 mai 2014 à 18h30 à la galerie Confluence en présence de l'artiste.

 

Le corps est l’essence du travail photographique de Jean-Luc Beaujault. Il semble néanmoins ne pas être présent dans ces photographies. Enfoui dans cette obscurité opaque environnante, il ressurgit soudain sous la lumière des projecteurs qui le sculptent.

 

Or cette réminiscence est-elle réellement le corps ? Il s’oublie, s’efface à nouveau, laisse place à des formes changeantes, inhérentes au corps, d’ordinaire invisibles, noyées dans l’étendue de la chair et des os.

Jamais immuables, toujours mouvantes, chaque regard qui se pose sur elles les appréhende différemment. Révélées par l’artiste, elles sont la projection de sa propre imagination, de ses propres fantasmes, et, reçues par un autre œil, elles deviennent projections d’un autre imaginaire muées par de nouveaux fantasmes. Ainsi, elles ne peuvent être nommées avec certitude car malléables au fil des regards et malléables au sein d’un même regard.

 

Soudain, elles transcendent la surface photographique, elles prennent « corps ». Le grain de la peau attire l’œil, on pourrait presque la toucher, sentir son velouté. Cette surface plane, plate et froide disparait et ce corps devient palpable. Tangibilité inhérente au procédé, le brun Van Dyke révèle la tonalité de la peau, le papier exploite son aspérité.
Ces formes se font à leur tour oublier pour laisser place à une relation intime d’œil à peau, de peau à peau, de corps à corps. Inconnus jusqu’alors, ces deux corps se découvrent, s’apprivoisent et, au fond, ne serait-ce pas notre propre corps que ces images nous invitent à parcourir de nouveau ?


(Im) postures fait appel à la fois à la sensibilité du regardeur, à son imaginaire, mais aussi à sa capacité projective dans son interprétation libre du corps mis en scène. (Im) postures ouvre un nouveau rapport, un nouveau regard au corps, à notre corps, un regard poétique, sensible et sensuel, malicieux, parfois même humoristique.


Malika Grondin-Gauthier


























 

GALERIE DE PHOTOGRAPHIE COMTEMPORAINE